Les Fanas du livre (« ton ombre derrière mes pas »)

LES FANAS DU LIVRE (Questionnaire indécent sur « Ton ombre derrière mes pas », 2ème roman de Nicole Collard)

  1. Peux-tu te présenter ?

Bonjour à tous et toutes et merci pour votre accueil chaleureux,

L’écriture fait partie d’un de mes rêves d’enfant. J’ai toujours adoré lire ; mon envie d’écrire date de l’école primaire. C’est suite à une maladie et une opération en 2014 que j’ai réalisé qu’il était temps de réaliser cette passion d’écrire que je portais en moi. J’ai alors suivi des ateliers d’écriture de manière assidue avant d’oser me lancer.

  • Quel est ton passé d’auteure ?

« Ton ombre derrière mes pas », paru aux éditions Memory en septembre 2020, est mon deuxième roman. Mon premier roman, « Au détour de Noëlle », se déroule également en Belgique et démarre en région liégeoise. Il est également paru aux éditions Memory, en mai 2019.

  • Quel est ton genre littéraire de prédilection ?

J’aime lire des genres littéraires différents (aussi bien ce qu’on qualifie de « littérature blanche » que  feelgood, thriller ou polar). J’apprécie les récits empreints d’émotion. Mes lectures de jeunesse ont influencé ma propension à créer des personnages auxquels les lecteurs peuvent s’attacher comme s’ils faisaient partie de leurs amis ou de leur famille. J’ai envie d’écrire des histoires qui, lorsqu’ils referment le livre, ont fait du bien aux lecteurs, même s’ils ont été bousculés en sortant parfois de leur zone de confort durant la lecture.

  • Quel rôle joue la nature dans ta prose ?

J’aime écrire en pleine nature ; cela m’aide à trouver l’inspiration. J’admire la vie sous toutes ses formes, animales et végétales, et je considère que tout cela mérite notre plus grand respect. Se trouver au milieu de la nature apporte la détente et la sérénité. Personnellement, la nature réveille mon intuition et stimule ma créativité. C’est sans doute la raison pour laquelle je l’intègre aussi facilement dans mes livres.

  • Un pitch pour « ton ombre derrière mes pas » ?

Emily et Joanna, jumelles fusionnelles et télépathes, mènent une vie heureuse dans une grande famille aisée dans un village du Brabant wallon. Elles aiment les animaux, la nature et le sport : l’équitation pour Joanna, et la plongée sous-marine pour Emily. Avec leur meilleur ami Richard, elles forment un trio inséparable.

Elles adorent aussi voyager ; elles sont comblées à ce niveau-là puisqu’une partie de leur famille habite en Scandinavie.

Tout est idyllique et merveilleux ; les années passent joyeusement au rythme des saisons… jusqu’au jour où le destin en décide autrement…

  • Tu parles d’une de tes passions dans ce livre, laquelle ?

Les chevaux… En parallèle de mon envie d’écrire depuis ma plus tendre enfance, je souhaitais plus que tout monter à cheval. J’ai réalisé ce rêve-là bien avant celui de l’écriture. J’ai assisté à la naissance d’un superbe cheval (presque) noir avec lequel j’ai réalisé mes vœux les plus chers. Il vient malheureusement de me quitter il y a quelques mois, mais nous avons vécu 32 ans de vie merveilleuse ensemble.

  • Tu décortiques les liens inhérents à la gémellité, c’est un sujet qui te touche de près ?

Pas personnellement, mais il s’agit d’un thème que je trouve vraiment fascinant. Ayant vu de nombreux reportages et articles qui m’ont interpellée, j’ai eu envie de faire une histoire sur la fusion et les liens télépathiques qui peuvent exister entre des jumeaux, qu’il s’agisse de liens psychologiques, émotionnels ou physiques.

  • Tu exploites principalement deux lieux dont l’un est une île suédoise. Tu as décrit l’endroit à partir de recherches ou tu as voyagé sur place ?

Je commence par écrire à partir de lieux que je connais bien (donc la Belgique et le Brabant wallon ainsi que la Gaume, ou la région liégeoise pour mon premier roman). J’adore emmener mes récits « en voyage ». Dans le cas de la Suède et des îles en mer Baltique, je n’y suis pas allée (pas encore !), mais je me suis documentée à profusion (Internet, Google map, documentation diverse).

  • Pourquoi un roman choral ?

Le fait que chaque protagoniste s’exprime en « je » rend le style d’écriture plus dynamique et offre une richesse littéraire particulière grâce à la diversité de chaque personnage, puisque le lecteur peut ainsi pénétrer dans la tête et les émotions des principaux protagonistes. En tant qu’auteure, ce genre d’exercice m’a aussi obligée à sortir de ma zone de confort pour me mettre dans l’esprit de cinq narrateurs différents…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :